Skip to main content
  • Compte d'utilisateur

Rookies on Ice

Père et fils partent à la dérive


  • 1 avril 2022 |
  • Temoinages de nos membres

Après plusieurs tours plus ou moins rapides sur la Nordschleife, nous en voulons plus pour 2022 : pour Noël, nous nous offrons l'adhésion au Pistenclub. En prélude à quelques trackdays, nous voulons d'abord découvrir les possibilités et les limites physiques de nos véhicules à des vitesses détendues lors de l'entraînement de drift hivernal à Muhr.
  • Texte:
    Dominik Kisskalt
  • Photos:
    TR Fotografie

Vendredi, après une fin de journée matinale, nous partons de Nuremberg et de Munich en direction du sud. Michael im Lungau, une ville pittoresque et enneigée, où il fait -8°C à notre arrivée. Après un bref check-in, nous nous rendons directement au restaurant tout proche. Nous y rencontrons déjà les premiers participants et instructeurs de l'entraînement de demain. Autour d'une escalope viennoise et d'un cordon bleu, nous imaginons ce que sera le lendemain. Nous ne savions pas encore à quel point nos attentes allaient être dépassées.

272685481 4972761756118122 616820799570776090 n

Réunion des conducteurs par un temps hivernal parfait.

Le lendemain matin, nous sommes partis de bonne heure : réunion des pilotes à 9 heures dans la vallée de la Muhr, à une dizaine de minutes de là. Dégivrage des voitures par -10°C et mise en température de l'ensemble. Comme nous n'avions encore jamais participé à un événement du Pistenclub et que nous ne connaissions pas le déroulement, nous ne voulions évidemment pas arriver trop tard. En bref, nous sommes arrivés beaucoup trop tôt, ce qui s'est avéré être un avantage. Nous avons ainsi eu le temps de nous inscrire et d'échanger avec les collaborateurs du club des pistes, même après l'événement. Tout est extrêmement simple et tout est sur la même longueur d'onde. Vingt-sept participants ont pris part à ces deux journées. Un ensemble hétéroclite de véhicules et de caractères, de la Ford Escort de rallye historique à l'Audi RS6 de 600 chevaux. Comme nous l'avons constaté plus clairement au cours des deux jours, peu importe le véhicule, le concept de propulsion ou le degré d'expérience avec lequel on est en route. Le plaisir est garanti dans tous les cas. Ce qui nous a beaucoup surpris, c'est le nombre de participants qui participaient à cette formation pour la deuxième, la troisième ou même la quatrième fois. Un petit moment fort a été la descente d'une réplique d'Audi S1 sport quattro de la remorque, alors que nous étions encore réunis pour la réunion des pilotes. Je pense qu'il n'est pas nécessaire d'expliquer ici pourquoi le début de la réunion des pilotes a été quelque peu retardé. Il ne manquait plus que "le Walter", mais nous l'avions manqué d'un jour... Après la réunion des pilotes, nous avons été répartis en trois groupes. Nous nous sommes inscrits dans le "groupe Rookie", car nous n'avions pas encore pu acquérir d'expérience sur la glace. Les parcours d'entraînement ont toujours été effectués d'abord derrière l'instructeur, une ou deux fois, afin que chacun connaisse le tracé de la piste. Sur le premier parcours, sous les instructions de l'instructeur Manfred, nous avons d'abord tâté lentement les limites de notre véhicule et essayé de le mettre en travers. Avec les systèmes de contrôle désactivés, bien sûr.

272685481 4972761756118122 616820799570776090 n

Dominik Kisskalt au volant de la Golf R sur le parcours de maniabilité.

Manfred a d'abord observé l'activité de l'extérieur pendant les premiers tours, puis il est monté sur le siège du passager pour donner ses premiers conseils personnels. Au bout de 20 à 30 minutes, on passait déjà à l'exercice suivant, le slalom classique. Il était particulièrement intéressant d'observer à quel point il est possible de motiver le véhicule à survirer en appuyant sur l'accélérateur ou en tapant légèrement sur le frein au bon moment. C'était une connaissance importante pour ma Golf 7 R à quatre roues motrices, afin de la faire dériver ou de la maintenir dans cette position. Pour cet exercice aussi, nous avons passé entre 20 et 30 minutes à parcourir le slalom et à revenir au point de départ sur une piste glacée sinueuse. Nous sommes ensuite passés au troisième et dernier exercice de la matinée : l'évitement de la glace à différentes vitesses. Pour ce faire, deux portes de pylônes avaient été installées, qu'il fallait franchir à différentes vitesses, en effectuant un freinage d'urgence jusqu'à l'arrêt complet lors du passage de la première porte. Nous avons commencé à une vitesse de 40 à 50 km/h, ce qui était faisable sans problème, et nous avons continué à monter. Aux alentours de 75 km/h, nos pneus ont atteint la limite de ce type de terrain.

272685481 4972761756118122 616820799570776090 n

Les sections de conduite ont été délimitées par des pylônes.

Impressionnant de voir à quel point le grup des pneus d'hiver normaux est élevé sur cette chaussée glacée préparée (tant que le soleil ne brille pas dessus !). Après avoir pris quelques forces au Messenwirt de Muhr, deux des parcours ont été réunis en un seul dans l'après-midi, ce qui a permis de disposer de deux grands circuits pour le drift. Les participants se sont répartis entre les deux parcours, mais après un certain temps, ils pouvaient aussi passer librement d'un parcours à l'autre, selon celui qui leur plaisait le plus ou celui où il y avait un peu moins de monde. Ce qui nous a particulièrement enthousiasmés lors de la conduite libre, c'est que l'on avait la possibilité, en roulant plus longtemps d'une traite, de développer peu à peu un sentiment de dérive et d'entrer ainsi dans le flow, de prendre l'élan d'un virage à l'autre, de sorte que c'était comme un ballet fluide à conduire. Il était également intéressant de constater qu'avec la pratique, le fait de tourner le volant était nettement moins important pour un même angle de dérive, voire un angle plus important. On peut tout simplement beaucoup se diriger avec les pédales en roulant en travers. Un vrai plaisir lorsque l'on réussissait ainsi les premiers passages de virage en un seul go avec transposition et que l'on atteignait encore plus ou moins le point culminant. Ce n'était alors plus une réaction au véhicule, mais à nouveau plutôt une conduite "normale", mais bien sûr avec 100 fois plus de plaisir.

img 0453

Nos instructeurs expérimentés étaient là pour nous aider et nous conseiller.

Il y a également eu une courte pause café après environ 40 minutes. C'était l'occasion d'échanger des idées avec les autres participants. En tout et pour tout, nous n'avons dû sortir un participant de la neige que deux fois le premier jour. L'équipement lourd, sous la forme d'un tracteur équipé de chaînes à neige, a pu rester dans la grange.

Comme toujours quand on s'amuse vraiment, la première journée s'est terminée bien trop vite et nous avons pris à contrecœur le chemin du retour vers notre appartement de vacances vers 16 heures. Tout à coup, la conduite normale d'une voiture sur la route nous a semblé étrange, il manquait quelque chose à la conduite en travers des virages.

img 0478

Dans le cercle de drift, la BMW M2 Competition à propulsion arrière a pu faire valoir ses atouts.

La deuxième journée avait une structure similaire à la première, bien que l'accent ait été nettement plus mis sur la conduite libre sur les deux grands circuits. Néanmoins, nous nous sommes d'abord échauffés avec deux petits exercices de technique de conduite sous la direction des instructeurs. Sur l'un des parcours, nous nous sommes exercés au "virage d'agent" (accélérer en arrière, tourner, continuer en avant). Sur l'autre parcours, un grand rond-point avait été préparé, sur lequel on pouvait rouler l'un après l'autre, afin de pouvoir faire dériver le véhicule en cercle. C'est là que la M2 Competition à propulsion arrière a pu montrer toute sa puissance. Pour ma transmission intégrale, cet exercice a représenté un défi pour maintenir le véhicule en travers pendant une période prolongée, car la plate-forme a plutôt tendance à sous-virer qu'à survirer.

La conduite libre a ensuite repris ses droits. Au cours de l'après-midi, les rangs des participants se sont fortement clairsemés en raison des trajets parfois assez longs. Comme nous n'étions pas très loin en tant que sudistes franconiens, nous en avons profité pleinement.

272685481 4972761756118122 616820799570776090 n

Après deux jours d'un programme de conduite varié, tout le monde était d'accord : pouce levé pour l'entraînement hivernal.

Résumé : C'était tout simplement gigantesque ! Nous pouvons maintenant comprendre pourquoi certains participants prennent part plusieurs fois à un tel entraînement et nous pouvons dire que pour nous non plus, ce ne sera certainement pas la dernière fois. dans ce sens, un grand merci aux collaborateurs du Pistenclub qui ont rendu possibles ces deux journées parfaitement organisées et à l'année prochaine dans la vallée de la Muhr. Stop, stop ! Il y a encore quelques trackdays dans notre calendrier cette année...

  • Événements actuels

Il n'y a pas d'événements à venir
  • Dominik Kisskalt
    Auteur

    Nous te remercions pour ton rapport et le récompensons par un bon pour un trackday. Es-tu également intéressé par une publication dans notre magazine de club et sur notre site web et souhaites-tu recevoir un bon d'achat ? Alors envoie simplement ta proposition par e-mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..